Vos smileys

« Qu’est-ce qui vous rend heureux/malheureux
sur la commune d’Havelange? »

Capture d_écran 2018-05-28 à 17.01.13

Vous êtes heureux des activités variées dans les villages, du citoyen qui est pris en considération par les autorités communales, d’être havelangeois, de vous sentir havelangeois (même  si non natif), de participer au développement socio-culturel de votre commune via Exp’osez-vous, de vivre dans un endroit où il fait « bon vivre », des gens qui se retrouvent dans les activités, de la propreté de la commune, de la nature qui est belle, de la commune super dynamique, de vivre dans une commune socialement privilégiée, d’une commune sympa, des gens sympas, des chouettes commerces  accueillants de la région, des achats locaux, de la variété des activités, de la beauté des villages, du fait que vous pouvez être vous-mêmes car vous ne vous sentez pas jugés, du fait d’habiter la campagne sans être en brousse, des bons contacts entre les gens, de vous sentir chez vous, de la possibilité de vous investir dans plein de choses, de votre fierté d’être havelangeois, de l’esprit festif qui règne, d’un village vivant qui invite à la rencontre, du fait que vous y avez vos amis, du foot, de la solidarité entre les voisins, de la convivialité, des médecins nombreux sur le territoire, des facilités pour personnes à mobilité réduite, …

 

Capture d_écran 2018-05-28 à 17.02.02

Vous êtes malheureux du manque d’activités intergénérationnelles et/ou dans lesquelles les gens se rencontrent, de la mobilité difficile, des rivalités entre les gens, du fait qu’il se passe parfois trop de choses en même temps, de l’égoïsme et du manque de communication entre les gens, du manque d’intégration et de convivialité, du côté dortoir des villages, des villages « déserts », des logements sociaux ou à loyers modérés trop peu nombreux, du phénomène de « clans », du manque d’entraide, du manque d’information sur la situation des réfugiés qui amène du racisme, du manque d’activités dans les villages, des gens peu serviables entre eux, du manque d’emploi, du manque de disponibilité des autorités communales pour les villageois, des déplacements difficiles sans voiture et pour trouver un emploi, de l’accueil des touristes à améliorer, des personnes âgées qui sont laissées de côté, des villages « reculés », des a-prioris des gens, du manque d’activités citoyennes et culturelles, de l’absence de lieux de rencontres, du manque d’infrastructures pour les villages (jeux), du manque de commerces, du manque d’activités scolaires adaptées aux enfants, …